vendredi 11 avril 2014

Bienvenue à Axelle Lemaire

Comme tu le sais sûrement, cher lecteur, Axelle Lemaire vient d’être nommée secrétaire d’état au numérique. A cette occasion, le JDN publie un article intitulé Les personnalités du Web interpellent Axelle Lemaire. Pour ma part, j’ai proposé ceci :

  • Un choix politique en faveur de la neutralité d'Internet
  • Des mesures visant à favoriser le logiciel libre dans l'administration
  • L'utilisation de formats standards non-propriétaires dans les échanges entre l'administration et les citoyens
  • Des mesures favorisant l'accessibilité et les bonnes pratiques du Web telles que préconisées par Opquast.com
  • Des mesures fiscales favorisant encore plus les créateurs de start-ups
  • Des investissements sur le Très Haut Débit

J’ai oublié des choses, en particulier sur le thème de l’éducation et de la littératie numérique. Et vous, qu’auriez-vous proposé en plus ? Dites le moi dans les commentaires ci-dessous !

Partager

vendredi 4 avril 2014

Jouer aux échecs avec un pigeon

Dans les moments difficiles, il est essentiel de se rappeler les grandes vérités de la vie. En voici une consignée pour la postérité :

Discuter avec un troll, c’est comme essayer de jouer aux échecs avec un pigeon. Tu as beau être très fort aux échecs, il arrive, renverse les pièces, chie sur l’échiquier et s’en va avec l’air supérieur comme s’il avait gagné.

(librement adapté d'après un commentaire sur Amazon.com)

Partager

lundi 24 mars 2014

En vrac après les élections

Selfisoloir - autoportait dans l’isoloir

Selfisoloir vu sur France 3 et rediffusé sur Canal+

Selfisoloir vu sur France 3 et rediffusé sur Canal+

Partager

lundi 17 mars 2014

En vrac de retour de San Francisco

San Francisco, quartier de l'Embarcadero

''San Francisco, quartier de l'Embarcadero''

  • Every mail you send version parodique de Every Breath You Take version NSA par le toujours très doué JC Frog ;
  • 12 mars, journée mondiale contre la cyber-censure. A cette occasion, Reporters Sans Frontières sort un rapport sur les ennemis d'Internet. On retrouve bien sûr les suspects habituels Chine, Corée du Nord, Russie, Syrie), mais aussi nos amis et alliés les USA (bravo la NSA !) et le Royaume Uni (avec son GCHQ).
  • Télescopage de deux articles qui arrivent sur mon écran dans deux onglets successifs :
    • Excellent texte sur l'internet que nous construisons : Making things distributed is hard.
    • En contraste du lien ci-dessus, un article très flippant sur un sujet qui me tient à coeur : 2014 sera l'année de Linux sur les ordinateurs (de bureau). Avec le succès apparent de ChromeOS et d'Android, le noyau Linux est partout. Le revers de la médaille, c'est que nos données sont maintenant dans des silos que sont Google et Facebook. Avant, on utilisait Windows et nous contrôlions nos données, malgré les logiciels propriétaires et les formats propriétaires. Maintenant, on utilise du logiciel Libre (du moins partiellement) et n'avons plus contrôle de nos données.
  • Getty Images allows free embedding, but at what cost to privacy?. "it's important that users know that, in some cases, embedding "free" photos might come at a real cost to readers." Mise à jour : Version française sur l'indispensable Framablog ;
  • Excellent papier d'Alice Antheaume 5 tendances numériques à la conférence SxSW 2014 :
    • Les dissidents de la surveillance
    • L'économie de la vie privée
    • Les ados ce mystère
    • Le futur du journalisme? Les algorithmes
    • Des métiers inédits - 65% des écoliers d’aujourd’hui pratiqueront, une fois diplômés, des métiers qui n’ont même pas encore été inventés.
  • The Web as a gaming platform, présentation de mon collègue Nicolas @nical Silva à la conférence Next Game Frontier ;
  • En Inde, Microsoft offre Windows Phone. La firme de Redmond "toucherait entre 20 et 30 $ par smartphone Lumia." Après, pas facile d'être compétitif sur des marchés où on va bientôt trouver des téléphones Firefox OS à 25 $ :-)
  • Mark Zuckerberg appelle Obama pour qu'il demande à la NSA d'arrêter d'espionner les gens. Son billet m'a tellement mis mal à l'aise que je ne sais pas par où commencer. Comme je le disais sur Twitter, "#MauvaisEsprit: si Zuckerberg appelle Obama, c'est pour se plaindre de la concurrence déloyale dans l'accumulation des données privées ?". C'est le Guardian qui a mis un mot sur ce qui m'agaçait : "l'hypocrisie pure et simple", et rapproche ces propos de ceux d'Eric Schmidt, de Google : "le métier de Google est basé sur la surveillance, sa propre observation des utilisateurs, de façon à attirer plus de clients annonceurs. Facebook est dans un métier comparable. Le réseau social collecte de grandes quantités de données sur ses utilisateurs ainsi que sur leurs activités en ligne et, quand il ne se déconnectent pas, via le bouton Like qu'on retrouve partout (similaire à Google Analytics, qui est aussi largement utilisé et invisible pour les utilisateurs). Qui sont les clients ? Les annonceurs (qui passent les publicités) pour la plupart". (…) "L'existence de ces bases de données géantes sur nos vies quotidiennes est une menace car l'histoire démontre que ce qui peut être utilisé contre nous le sera inévitablement".

Partager

vendredi 14 mars 2014

25 ans d'amour pour le Web

Tim Berners-Lee (à droite) et votre serviteur

Tim Berners-Lee (à droite) et votre serviteur

Je dois avouer que je suis un fan de Tim Berners-Lee parce qu'il a inventé le Web, d'où la photo ci-dessus. Mais je dois avouer que je suis plus fan que jamais. Voici pourquoi.

Cette semaine, nous fêtons les 25 ans du Web, et Tim Berners-Lee a écrit à cette occasion la chose suivante :

Le Web et l'Internet, par la façon même dont ils ont été conçus, sont non-hiérarchiques, décentralisés et radicalement ouverts. On peut faire fonctionner le Web avec n'importe quel type d'information, sur tous types d'appareils, avec n'importe quel logiciel, dans toutes les langues. Vous pouvez faire des liens vers tous les types d'information. Vous n'avez pas besoin de demander la permission. Ce que vous créez n'est limité que par votre imagination.

C'est exactement la vision qui a fait qu'il y a eu autant de gens qui ont contribué à Mozilla depuis que le projet existe, alors que notre objectif était de "rétablir le choix et l'innovation sur le marché des navigateurs". Mais Firefox va fêter ses dix ans à la fin de l'année, et il faut faire face à de nouveaux défis. Tim Berners-Lee les décrit de façon exemplaire :

Permettons-nous à d'autres de limiter notre utilisation d'Internet ou protègerons-nous la magie du Web ouvert et la capacité qu'il nous donne de dire, découvrir ou créer tout ce qu'on veut ? Comment peut-on s'assurer que ceux qui nous espionnent seront tenus responsables publiquement de leurs activités ?

Sur le site du 25eme anniversaire, il ajoute :

Il y a tant à faire pour que le Web atteigne son plein potentiel. Nous devons continuer à défendre ses principes fondateurs et s'attaquer aux problèmes qui se présentent. En voici trois :

  • Comment connecter les deux tiers de la planète qui n'ont pas accès au Web ?
  • Qui a le droit de récolter et utiliser nos données personnelles, pour quoi faire et avec quelles règles ?
  • Comment créer une architecture ouverte à haute performance qui va fonctionner sur tous les appareils de façon à éviter de retomber dans les solutions propriétaires ?

Ce qui me frappe ici, c'est comment les questions de Tim Berners-Lee sont alignées avec les travaux de Mozilla :

  • Construire une architecture ouverte haute performance pour éviter les solutions propriétaires ? C'est ce que nous faisons avec Firefox OS, un système d'exploitation ouvert pour smartphones qui fait fonctionner des applications dites "Web Apps" écrites en HTML5.
  • connecter les deux tiers de la planète qui n'ont pas accès au Web ? C'est ce sur quoi Mozilla travaille avec les nouveaux téléphones d'entrée de gamme, y compris les prototypes de téléphones à 25$ (soit moins de 20€ !)
  • La gestion des données personnelles ? C'est ce sur quoi travaille l'équipe Privacy, en particulier avec des projets comme Lightbeam pour Firefox.

C'est vraiment génial de voir comment Mozilla et l'inventeur du Web ont continuent d'avoir des visions aussi proches après toutes ces années. Pour en savoir plus, je vous encourage à lire trois articles, écrits par mes collègues, Mitchell Baker (présidente de Mozilla), Brendan Eich (CTO). et Mark Surman, directeur exécutif de Mozilla Foundation.

Partager

- page 1 de 871