vendredi 26 septembre 2014

Apple, Google, liberté et vie privée

Il y a ces jours-ci un genre de ballet médiatique sur la vie privée entre Apple, Google et les autorités américaines qui mérite peut-être un décryptage rapide.

Je rappelle le contexte :

  • Juin 2013, le lanceur d'alertes Edward Snowden (que l'on considèrera comme un héros dans quelques années), révèle que les géants de la Silicon Valley, dont Apple et Google, collaborent avec la NSA pour espionner les internautes. Il y a le fameux slide sur le program PRISM, qui les liste nommément, mais aussi le programme XKeyScore, moins médiatique car ne listant pas les marques impliquées, mais autrement plus puissant et donc dangereux pour la vie privée.
  • Aout 2014, Google prend l'initiative de dénoncer à la police un pédophile qui avait envoyé une photo pedophile avec GMail. On se félicitera du fait qu'il y ait un pédophile de moins en circulation. Mais on réalisera avec effroi que Google, non content de lire votre courrier Gmail, analyse aussi chaque photo en pièce jointe. Avant de contacter la police si nécessaire.
  • Septembre 2014, un wagon de photos privées de stars visiblement issues des iPhones des dites stars avec un passage par les serveurs d'Apple (et sûrement d'autres dont DropBox). De nombreux utilisateurs ont été attérés au moment où ils ont compris que toutes les photos qu'ils prenaient avec leur iPhone étaient envoyés sur les serveurs d'Apple pour être sauvegardés (et pour certains piratés).
  • Fin septembre 2014, Julien Assange décrit Google comme une 'NSA privatisée'.

Depuis, on assiste à de grandes manoeuvres dans les médias pour se refaire une virginité auprès des clients. Par exemple, Apple lance un site sur la vie privée et tape sur Google là où ça fait mal, c'est à dire là où ce dernier ne peut pas le concurrencer. Extrait :

A few years ago, users of Internet services began to realize that when an online service is free, you’re not the customer. You’re the product. But at Apple, we believe a great customer experience shouldn’t come at the expense of your privacy. Our business model is very straightforward: We sell great products. We don’t build a profile based on your email content or web browsing habits to sell to advertisers. We don’t “monetize” the information you store on your iPhone or in iCloud. And we don’t read your email or your messages to get information to market to you.

Traduction par votre serviteur :

Il y a quelques années, les utilisateur des services Internet ont commencé à réaliser que quand un service en ligne est gratuit, vous n'êtes pas le client. Vous êtes le produit. Mais chez Apple, nous croyons qu'une excellente expérience utilisateur ne doit pas se faire aux dépends de votre vie privée. Notre modèle d'affaire est très simple : nous vendons d'excellents produits. Nous ne construisons pas un profil basé sur le contenu de vos emails ou de vos habitudes de navigation, pour les revendre aux publicitaires. Nous ne "monétisons" pas l'information que vous stockez dans votre iPhone ou dans iCloud. Et nous ne lisons pas votre email ou vos messages pour obtenir de l'information pour vous vendre quelques chose.

Je dois dire que j'ai adoré lire ça sur un site d'Apple. Franchement. Voir le sujet de la vie privée arriver sur la table, qui plus est de la part d'Apple, c'était rafraichissant, d'autant qu'ils en ont rajouté sur le thème du chiffrement et le fait qu'ils changeaient leurs logiciels pour nous protéger des agences gouvernementales comme la NSA.

Seulement le diable est dans les détails, et Apple a encore plein de trucs qui sont loin d'être protégés, comme l'explique très bien l'Intercept : Apple Still Has Plenty of Your Data for the Feds.

Par ailleurs, Google et Apple reçoivent l'aide... du gouvernement américain, par la voix du FBI. Ca peut sembler étrange, mais j'y vois là du théâtre de relations publiques, où chacun joue son rôle pour nous faire avaler des couleuvres.

En effet, le FBI annonce par la voix de son directeur, James Comey, que le recours au chiffrement par Google et Apple est très mauvais pour son métier et qu'il ne pourra plus faire déjouer de complots et autre enlèvements d'enfants.

C'est franchement ridicule si on y regarde d'un peu plus près (par exemple avec l'article en français de Numérama sur le sujet), on cherche surtout à nous prendre pour des cons, de façon à ce que nous, clients, soyons rassurés que maintenant, avec les efforts d'Apple et de Google, nous sommes dorénavant en sécurité. Rien n'est plus faux. Le business model de Google n'a pas changé. Ils vont continuer à vouloir en savoir toujours plus sur chacun des utilisateurs. Quant à Apple, s'il faut saluer leurs efforts sur la vie privée et le chiffrement, il faut se souvenir qu'il y a encore beaucoup à faire et surtout, il faudrait qu'ils arrêtent de jouer le rôle de censeur d'applications et de goulet d'étranglement pour la diffusion d'applications, point sur lequel ils ne font aucun progrès.

Si Apple faisait cela, par exemple en permettant l'ajout d'AppStore concurrents et en offrant la possibilité d'utiliser d'autres moteurs de navigation plus modernes que le WebKit qu'ils imposent, alors Apple sortirait vraiment par le haut en proposant des produits de qualité, respectueux de la vie privée des utilisateurs et de leur liberté à utiliser les logiciels de leur choix. Pour l'instant, il manque ce troisième pan, crucial, celui de notre liberté d'utilisateurs.

Quant à Google, s'il offre plus de liberté qu'Apple en permettant d'installer le navigateur de son choix et des Appstores alternatifs, il ferme de plus en plus le code source de son OS mobile et a un business model qui est à l'opposé de la notion de vie privée.

L'utilisateur de smartphone se retrouve donc à faire nécessairement un pacte avec le diable, ayant à choisir entre vie privée et liberté. Jusqu'à ce que qu'un acteur du mobile arrive à proposer des produits conciliant ces deux aspects... en espérant que cela finisse par arriver !

Partager

jeudi 25 septembre 2014

En vrac de rentree

Avec la rentrée et son lot de pression, j'ai oublié de publier mes liens En Vrac. En voici donc un bon paquet pour vos longues soirées d'automne !

Partager

jeudi 7 août 2014

En vrac du jeudi

Voici quelques liens en vrac qui sont restés coincés dans mon éditeur de texte. Je les partage néanmoins, d'autant qu'ils seront probablement utilisés pour référence à l'avenir...

Partager

lundi 21 juillet 2014

5 jours de moto en Californie

J'avais prévu comme presque chaque année d'aller faire un tour à Collioure chez mes beaux-parents début juillet d'un coup de Harley par les petites routes, mais voilà que mes collègues américains décident de nous coller 3 jours de réunion à Santa Cruz, Californie. Bon, j'annule mes vacances et je décide de faire contre mauvaise fortune bon coeur. Tant qu'à être en Californie, autant en profiter pour aller rouler dans la montagne. Je pose 3 jours de congés autour du week-end, je réserve une moto chez un loueur, et pour une fois, ça n'est pas une Harley ! En effet, mon compagnon de route vient de remplacer sa vieille V-Strom Suzuki par une KTM 1190 Adventure. Déjà que je roule très prudemment, mais si en plus c'est en Harley, il va passer son temps à m'attendre et moi à transpirer sur une enclume :-)

J'ai donc choisi de louer une Triumph Tiger 800, trail routier léger. 94cv quand même, 215kg avec l'ABS, je vise la légèreté. La moto est équipée de pare-mains, petit pare-brise et de valises Givi (très très laides !)

Voici le récit de ces 5 jours en Californie, sur la côte, les parcs naturels et dans les montagnes de la Sierra Nevada. J'ai inséré quelques photos pour illustrer, mais il y en a beaucoup d'autres sur mon album Flickr. L'itinéraire sur Google Maps :

Itinéraire du voyage entier

1er jour : SF - Fort Bragg

Carte jour 1

Une fois la moto récupérée, nous partons directement vers le nord, par la fameuse Highway 1, magnifique route côtière que j'ai souvent emprunté vers le sud. Cette-fois ci, c'est vers le nord. Comme souvent en été, la météo est plutôt moyenne, avec des nuages bas et une température frisquette, mais avec des paysages extraordinaires. On se croirait un peu en Bretagne !

Le bitume est parfait :

Je décide de répartir le contenu de mon sac dans les deux sacoches :

Le soleil arrive tout de même à poindre de temps en temps

Nous arrivons le soir à Fort Bragg, un petit port, où nous avons réservé un hotel. Dîner dans un boui-boui local, et au lit : le décalage horaire se fait sentir !

2ème jour : Fort-Bragg - Fortuna - Redding via Mendocino National Forest

Carte 2eme jour

Réveillé tôt le matin, décalage horaire oblige, je constate qu'il fait très frais, comme prévu. Du coup j'enfile tout ce que j'ai dans mon sac : un pull en laine et un coupe vent, sous le blouson de cuir aéré. J'ai mis mes grosses chaussettes et mon pantalon le plus épais.

Mais ayant consulté la carte, je sais que ça ne va pas durer : une fois arrivés à Fortuna, nous allons bifurquer sur la droite vers l'intérieur des terres, où la température est souvent plus élevée, d'autant qu'une vague de chaleur est prévue. On s'arrête pour faire une photo à coté de mon panneau préféré :

C'est à Legget que la Highway 1 fusionne avec la 101.

A Legget justement se trouve une curiosité locale : un arbre si grand qu'on peut le traverser en voiture ! Ces sequoias, très répandus sur la côte californienne, sont de véritables géants végétaux (le plus grand mesure 115m de haut, ça en fait le plus grand arbre du monde). Celui-ci a plus de 2400 ans et mesure 96m de haut.

Nous bifurquons de la 101 pour prendre l'ancien tracé de cette route, re-baptisé "Avenue of the Giants", car elle traverse une forêt de séquoias. C'est impressionnant :

On s'arrête dans un tout petit village pour déguster un excellent burger (si, c'est possible !) :

On reprend la route dans la forêt.

La température monte, comme prévu. L'ordinateur de bord de la KTM de Fred est sans appel : 101,4°F, soit plus de 38°C ! Quasiment 25°C de plus que ce matin !

Dès qu'on voit un endroit à l'ombre, on s'arrête pour se réhydrater...

On arrive le soir à Whiskeytown Lake, un peu avant Redding :

On y fait une longue pause avant de rejoindre Redding, ville sans grand intérêt, pour la nuit.

3ème jour : Redding - Lassen Volcanic Park - Carson City

Itinéraire du 3eme jour

Nous avons décidé de nous lever tôt, mais la chaleur nous cueille dès que l'on se dirige vers les motos. Direction le Lassen Volcanic Park, parc naturel du mont Lassen, un volcan dont l'activité est encore visible.

Entrée du parc

Les paysages sont magnifiques, avec de lacs paisibles

Un lac

un autre lac

Où les armes sont interdites, comme le rappelle le panneau...

On a envie de se baigner !

Un couple de baigneurs

Kings Creek, clairière verdoyante avec une vue sur le mont Lassen :

Kings Creek

J'en profite pour faire un panoramique avec mon téléphone :

Panoramique

On passe par une partie qui a brulé, l'ambiance est très étrange :

arbres brulés

Il reste encore quelques congères, malgré la température élevée :

Lors d'un arrêt, nous tombons sur une allemande avec sa XJR 1200 qui avait dépassé 160'000km. On échange longuement, et elle nous raconte qu'elle vient de divorcer, son mari a gardé la maison et elle la moto. Elle a décidé de quitter son job et de s'offrir des grandes vacances pour se changer les idées. Elle passe tout l'été à traverser les Etats-Unis avec sa moto avant de l'expédier en Australie où elle passera l'hiver. Fred et moi la félicitons pour sa détermination et sa volonté de ne pas se laisser abattre...

Une motarde allemande avec sa moto

Un peu plus loin, au bord d'un lac, un couple en Victory, chacun la sienne :

Deux motos de marque Victory près d'un lac

La route est extraordinaire. Le bitume parfait trace des courbes parfaites dans un paysage enchanteur :

Un lac avec une route

Au bord de la route, nous pouvons voir un exemple d'activité volcanique, dans une odeur de soufre :

Boue bouillonnante d'origine volcanique

Nous continuons notre route, la température continue de monter, nous sommes maintenant au delà de 40°C. Je me trompe dans l'itinéraire et au lieu de bifurquer vers Truckee, près du lac Tahoe, je continue sur une route plus large qui nous emmène vers Reno puis Carson City. Ca sera pour le mieux car avec la température, nous commençons à fatiguer.

Le soir, après s'être rafraichis dans la piscine de l'hôtel, nous dinons dans le centre de Carson City, avec un superbe coucher de soleil :

Carson City

4eme jour : Boucle Carson City - South Lake Tahoe - Topaz Lake

Carte jour 4

Comme on dort au même hôtel le soir, on se décide pour une petite boucle près de Carson City.

D'abord, départ pour Lake Tahoe où nous allons prendre un "vrai" café (comprendre un espresso et non pas un café à l'américaine). Pour cela, il faut s'approcher de la Sierra Nevada :

à South Lake Tahoe, on trouve un bon café, l'Alpina Café :

Alpina Café

Ensuite, nous décidons de repartir vers Topaz Lake par la 89, qui est parait-il superbe... Comme il commence à faire très chaud, on s'arrète à l'ombre près d'une rivière :

Les pieds dans l'eau, je mouille mon T-shirt pour l'enfiler sous mon blouson de cuir :

Sous la chaleur écrasante, la présence d'un panneau "La neige n'est plus enlevée à partir d'ici" nous rappelle que le paysage est recouvert de neige pendant l'hiver :

On s'arrête pour profiter du paysage, et un gentil automobiliste s'arrête spontanément pour nous proposer de prendre une photo de nous. Nous acceptons bien volontiers :

Fred et Tristan

Paysage

Alors que nous arrivons à Topaz Lake pour le déjeuner, le ciel se couvre un peu, c'est un soulagement :

Topaz Lake

Le thermomètre de Fred indique quand même 109.5°F, soit 42,8°C !

Après un déjeuner dans un casino hors d'age (c'est le Nevada ici, on en trouve partout !), nous repartons vers Carson City où nous allons visiter la concession Harley Davidson :

Le soir, nouveau coucher de soleil sur Carson City :

5eme jour : Retour vers SF

Carte jour 5

Le dernier jour est toujours le plus dur. La chaleur était pourtant réduite, mais sur les 5 jours, les routes étaient les moins intéressantes. Un coup de Route 50 avant de rejoindre l'Interstate 80. C'est le vent qui a rendu le trajet plus compliqué. Avec ses valises, la Triumph réagit mal au vent latéral, c'est assez éprouvant.

Nous nous arrêtons à Davis pour déjeuner. Davis héberge une université réputée et c'est une ville très sympathique. Une vraie découverte pour moi. Il y a plein de vélos dans les rues, avec des boutiques et restos sympas. Nous reprenons ensuite la route pour arriver sans encombre à San Francisco, malgré le vent, particulièrement sensible sur le Bay Bridge.

Avant de rendre la moto, je prends des photos du tableau de bord de la Triumph, pour noter les données de ce voyage :

  • 1142 Miles en tout (1838km)
  • Soit 27h et 48mn
  • 45.8mpg en moyenne (6,2L/100)
  • 41mph en moyenne (66km/h)

Partager

mercredi 9 juillet 2014

Décentralisation d'Internet

Je suis un grand fan d'Internet depuis toujours, mais deux choses me préoccupent au plus haut point en ce moment :

  1. La surveillance de masse des utilisateurs, récemment remise au devant de la scène par les révélations d'Edward Snowden ;
  2. La centralisation des données et des applications des utilisateurs dans des silos propriétaires, dont les moteurs de recherche, les réseaux sociaux et autres, dont le modèle commercial consiste principalement à collecter des données personnelles et à pister les utilisateurs pour connaître leurs intérêts et habitudes afin de monétiser tout cela auprès d'annonceurs, souvent via la publicité ciblée.

Il se trouve que les deux sujets sont étroitement liés : ceux qui espionnent les utilisateurs sont friands des données accumulées par les grands silos.

C'est un problème pour deux raisons :

  1. La surveillance de masse est incompatible avec la liberté d'expression et les libertés qui en découlent
  2. La concentration des services leur donne un pouvoir inégalé sur les autres services plus petits et plus innovants, ce qui bride à terme l'innovation.

Dans une récente présentation avec Reporters Sans Frontières et le projet TOR, j'expliquais (en français, ne vous laissez pas impressionner par les 30 premières secondes en anglais) en quoi la centralisation et la surveillance de masse étaient les problèmes les plus préoccupants du Net actuellement. Pour faire simple, l'avenir d'un Internet Libre passe par de la cryptographie, un nouveau business model qui remplace la publicité ciblée et la décentralisation des services Internet.

Dans la pure tradition Mozilla, je ne me contente pas de le pointer du doigt, ce qui est déjà un bon début, mais j'essaye de voir comment on pourrait le résoudre. C'est pourquoi j'organise une rencontre régulière au bureau de Mozilla Paris sur le thème de la décentralisation d'Internet.

La première instance de cet événement récurrent se tiendra le 30 juillet 2014 chez Mozilla Paris et sera au format Hackathon (peu de blabla, beaucoup de rencontres et de code !)

Son objectif est de commencer à recenser les bonne volontés et projets qui œuvrent dans pour la décentralisation d'Internet, puis de commencer à bidouiller ensemble pour faire progresser ces projets.

Quelques ressources pour aller plus loin :

Inscrivez-vous pour participer à ce premier meet-up !

Partager

- page 1 de 875