mardi 16 janvier 2018

En vrac du mardi

En vedette : l’IA

Extrait de l’article « Métro, boulot, robot ? » du numéro spécial de Libération, « Voyage au cœur de l’IA », page 26 :

En 2013 deux chercheurs de l’université d’Oxford ont évalué avec l’algorithme qu’ils ont mis au point la probabilité d’automatisation de 700 professions aux États-Unis. Leur verdict ? « 47 % des emplois en risque » à un horizon de vingt ans. Selon leurs calculs, il est probable à 99 % que les télémarketeurs soient remplacés par des « chatbots » (agents conversationnels) en 2033, à 97 % que ce soit le cas pour les caissières et caissiers mais seulement à 0,7% que les archéologues soient évincés par des algorithmes ! Si l’archéologie est d’après leur classement la plus préservée des professions, ça n’est pas seulement parce que leur requiert des compétences très spécifiques de reconnaissance de formes. Mais surtout parce que cette activité ne dégage pas les profits qui justifieraient les investissements nécessaires pour l’automatiser.

En vrac

Note

[1] Ripley est le nom de l’héroïne jouée par Sigourney Weaver qui tient tête à l’alien dans le film du même nom.

jeudi 11 janvier 2018

En vrac du jeudi

En vrac du Jeudi

En vedette

L’ami Ploum (Lionel Dricot) a décidément le sens de la formule, avec cette citation|https://twitter.com/ploum/status/948854611594633217|fr][1] :

Quand ils ont annoncé qu’ils avaient accès à nos données, je n’ai rien dit, je n’avais rien à cacher.

Quand les publicitaires m’ont catalogué, je n’ai rien dit, je n’avais rien à cacher.

Quand je me suis dit que ma vie privée devait être protégée, je suis devenu suspect.

J’organise deux meetups jeudi prochain (le 18/01/2018) chez Cozy Cloud :

En vrac

Note

[1] Inspirée par celle de Martin Niemöller.

vendredi 5 janvier 2018

En vrac du début d'année 2018

autoportrait au drone 2018.jpg

Bonne année 2018 à tous mes lecteurs !

jeudi 4 janvier 2018

Hack-conte (accompte ?) de Noël

soutien quadrature.png

Un hack, c’est plein de chose, souvent mélange de créativité (en détournant un objet technique de sa vocation initiale) et de plaisanterie.

En voici un qui m’a amusé ces derniers jours en rapprochant deux idées :

La Quadrature du Net

Tout d’abord, fin décembre, c’était la campagne de dons de la Quadrature du Net avec, comme presque chaque année, le risque de ne pas réussir à la boucler.

La startup Circle

Presque simultanément, j’entends parler d’un nouveau service, Circle, dont la vocation est de faciliter le transfert d’argent entre particuliers. Mais pour réussir, il faut s’imposer auprès des gens. Aussi, ils cherchent à acquérir des utilisateurs. Ils ont pour cela levé 136 millions de dollars US. Ils proposent en ce moment entre 5 et 10€ à qui parraine un nouvel utilisateur. Mon fils, particulièrement à court d’argent en cette période de fêtes, me fait tester le service et gagne à cette occasion 5€ et me fait aussi gagner 5€.

Et si Circle (le Cercle) aidait la Quadrature sans le savoir ?

C’est là que j’ai rapproché les deux problèmes : la Quadrature a besoin d’argent et Circle en distribue à ses nouveaux utilisateurs ? Il y a sûrement un truc à faire, un hack, une bidouille. J’ai alors touitté la chose suivante :

Idée à la con : tu ouvres un compte sur @Circlepay via ce lien : https://www.circle.com/invite/VZNM9Y . Tu m’envoies 25€. Je te les renvoie, promis. Circle nous donne des sous (5 ou 10€ chacun) pour ça. On les donne à @laquadrature pour les aider à boucler leur campagne. T’es partant ?

Par la suite, j’ai détaillé le processus :

  1. tu ouvres un compte en utilisant le lien que j’ai donné.
  2. tu m’envoies 25€
  3. je te renvoie 25€ (dès que je suis notifié par Circle)
  4. Circle nous donne 5€ chacun
  5. on donne chacun 5€ à @laquadrature

Je le reconnaissais d’emblée : c’est une idée à la con, ce qui est souvent un bon début pour un hack rigolo. Circle n’était pas prévenu (et n’avait probablement pas prévu un tel cas d’usage). La Quadrature non plus ne m’avais pas donné son aval. Je n’ai pas contacté de fiscaliste ou d’avocat pour ça. Mais au final, même si ça me prend un peu de temps, Circle va gagner de nouveaux utilisateurs et la Quadrature pourrait gagner des sous. Et c’est ce qui s’est passé ! 34 personnes ont joué le jeu, ce qui a généré 170€ que j’ai reçu sur mon compte Circle. Là dessus, ma Môman a décidé de rajouter 10€ qu’elle avait gagné de son côté et moi j’ai rajouté les 25€ que j’ai mis dans le système au départ. Total : 205 €

Don quadrature.png

De leur coté, je ne peux pas être absolument certain que les gens qui ont reçu de l’argent de Circle l’ont tous donné à la Quadrature, mais j’ai reçu plein de copies d’écrans qui le prouvaient, très souvent arrondi à 30 €. Au doigt mouillé, j’estime qu’il y a 350 € de donnés à la Quadrature par mes correspondants[1]. Si mes hypothèses sont correctes, ce hack a généré environ 555 € en tout. Ça n’est pas ça qui changera le destin de la Quadrature, mais c’est toujours ça de pris et c’est l’occasion de pousser des gens à donner de l’argent à la Quadrature, ce qu’ils n’auraient probablement pas fait autrement. Ah, et pour le coté plaisanterie de la chose ? J’aime l’idée que l’argent de startupeurs banquiers et de leurs investisseurs serve à défendre nos libertés numériques !

Bref, de quoi bien commencer 2018, année que je vous souhaite excellente, tout particulièrement à ceux qui ont joué le jeu de donner à la Quadrature !

Note

[1] Hypothèses : 9 auraient donné 30 € chacun, 8 auraient donné 5€ et le reste, quasiment la moitié, n’a finalement rien donné parce qu’il a oublié ou eu la flemme.

vendredi 22 décembre 2017

En vrac de Noel

En vedette : bal tragique au CNNum

Résumé des épisodes précédents :

Forcément, la presse et l’opinion publique constatent ce douloureux naufrage :

Et pourtant, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain.

C’est un tweet d’Alexis Kauffmann qui remet les pendules à l’heure : « Le @CNNum dans la tourmente ne doit pas nous faire oublier le travail réalisé. Certains rapports, comme ceux sur l’éducation, sont passionnants à lire et fourmillent de bonnes idées. » ;

Idem, le Monde rappelle que le CNNum a su s’opposer au gouvernement lors de la loi Renseignement, et lors du fichier TES, entre autres : Cinq questions pour comprendre le rôle du Conseil national du numérique et la crise qu’il traverse.

Fleur Pellerin, lors de la nomination du CNNum 2.0 en 2013, nous avait demandé d’être “le poil à gratter du gouvernement”. Il semblerait que ça ne soit plus le cas…

En vrac :

- page 1 de 915