jeudi 6 janvier 2022

En vrac de début 2022

Lever de soleil sur Paris

Ceci est le 800e billet En Vrac du Standblog !

Climat

  • Climat : la France doit rehausser ses objectifs et accélérer leur mise en œuvre, explique le Haut Conseil pour le Climat. Avec au passage un tacle pour le ministre des transports : « les émissions stagnent pour le secteur des transports, le plus émetteur en France, alors qu’elles devraient diminuer rapidement ». Rappel : « Le Pacte de Glasgow spécifie qu’une réduction mondiale du CO2 à -45% en 2030 par rapport au niveau de 2010 est nécessaire ». Bref, on a 8 ans pour réduire de 45% les émissions de CO2, et sur le poste le plus important, on n’avance pas du tout. Il me semble inévitable qu’un jour, les responsables politiques devront répondre de leurs actes devant le peuple…
  • Avec la plus grande usine mondiale de captage de CO2, l’Islande carbure contre le carbone «Avec une capacité de 4 000 tonnes par an, c’est à ce jour la plus grosse usine de capture de CO2 dans l’atmosphère et de stockage au monde», mais Le CO2 étant extrêmement dilué dans l’air, sa capture est très énergivore et coûteuse, au point que l’entreprise refuse de communiquer combien d’énergie est dépensée pour cela. « 4 000 tonnes de CO2 par an, cela équivaut aux émissions annuelles d’environ 380 Français. Il faudrait donc construire des dizaines de milliers d’usines comme Orca (dont le coût s’élève entre 10 et 15 millions d’euros) pour espérer avoir un réel impact sur les 36,4 milliards de tonnes de dioxyde de carbone qui seront émises mondialement en 2021 ». J’ai fait le calcul, il faudrait 9 milliards d’usines (coût unitaire de 10 à 15 millions d’euros) pour compenser ce qu’on émet. Comme le conclue la personne : « la capture du CO2 ne doit représenter que 5 à 10 % de la baisse des émissions, les 90-95 % restants doivent venir de la réduction des émissions ».
  • Don’t Look Up pulvérise les chiffres d’audience|https://www.lefigaro.fr/cinema/don-t-look-up-pulverise-les-chiffres-d-audience-sur-netflix-20220105|fr] ;
  • « Oui, c’est un peu la merde », une conversation avec Jean-Marc Jancovici par un Youtubeur belge. Bien pour les ados et les jeunes ;
  • Neige sur les braises: les intempéries éteignent les incendies géants du Colorado. Près de 1000 maisons ont brulé, des dizaines de milliers de personnes ont été évacuées alors qu’il était déjà tombé de la neige plus tôt dans la saison, la région est tellement sèche que de gigantesques incendies ont ravagé ces endroits. Maintenant, « des tuyaux d’alimentation en eau gelés et des canalisations qui explosent ». Décidément le changement climatique nous amène des événements météo plus déroutants que jamais…
  • Température record en Alaska pour un mois de décembre : 19,4°C — Alaska sets record high December temperature of 19.4C ;
  • Un bilan écologique du quinquennat, par Terra Nova ;
  • J’ai eu énormément de plaisir à écouter Sébastien Bohler dans l’épisode 47 de Greenletter Club. Le striatum, partie ancienne du cerveau, élément essentiel du système de récompense[1] nous pousse à agir pour survivre : chercher à manger, chercher à nous reproduire, chercher à être reconnu par le groupe, accumuler de l’information, chercher à en faire le moins possible. Pourquoi ? Parce que ces comportements étaient nécessaires à la survie de l’humain quand il était chasseur/ cueilleur. D’autres parties du cerveau contrebalancent ces comportements, comme il l’explique. La partie la plus récente apporte de la rationalité, une partie apporte le besoin de sens. (On notera que Sébastien Bohler ne fait pas l’unanimité, mais ce qu’il raconte m’est apparu éclairant apportant de nouvelles perspectives au débat, quitte à ce que ça soit très (trop ?) vulgarisé) ;

GAFAM et surveillance

  • Après le Nutri-score, bientôt le « cyber-score » : « Facebook mériterait un beau rouge écarlate ! ». Et si on qualifiait la qualité des services en ligne avec un cyber-score ? Plusieurs paramètres seraient à prendre en compte : données personnelles collectées, soumission au CLOUD Acting américain ou pas, modèle économique, addiction des utilisateurs, etc. ;
  • Une étude commandée par les gendarmes montre la relative inefficacité de la vidéosurveillance. « Menée par un universitaire, l’étude met en lumière un faible taux d’élucidation des infractions et des effets quasiment nuls en matière de prévention de la délinquance ». Et vlan !
  • 2021 was the year the world finally turned on Facebook “Can a name change save the company’s tarnished reputation?” ;
  • Les consommateurs ne sont plus intéressés par les appareils avec Alexa d’Amazon comme le démontrent des documents internes. Ces appareils ont une durée de vie courte car ils sont perçus comme inutiles rapidement. Mais la pollution pour leur construction est déjà produite. Pendant plusieurs années, Amazon a pu observer que 15 à 25% des appareils à reconnaissance vocale Alexa n’étaient plus en service dès leur 2eme semaine. On me demande ce qu’est le numérique responsable. Voici en tous cas le numérique irresponsable ;
  • Intel apologizes for banning use of components from Xinjiang. Alors ça c’est presque rigolo : la Chine maltraite les Ouïgours depuis 20 ans (surveillance, travail forcé, camps de rééducation, arrestations arbitraires etc.). Du coup la communauté internationale essaye d’empêcher la vente du fruit du travail forcé des ouïgours pour réduire son intérêt économique. Intel indique donc que certains composants fabriqué dans la région du Xinjiang (où se trouvent les ouïgours et leurs camps de travail forcé) ne seront plus achetés par ses services. Le gouvernement chinois le prend mal, Intel doit présenter ses excuses. Le chanteur du boys band chinois Wang Junkai, partenaire d’Intel, coupe les ponts avec la firme américaine ;
  • Un sondage indique que les américains n’ont pas confiance en Facebook, Tiktok et Instagram (et d’autres aussi) : Americans widely distrust Facebook, TikTok and Instagram with their data, poll finds.
    • Sans surprise, Facebook (et ses marques Instagram et WhatsApp) occupe 3 des 4 premières places des services inspirant le moins confiance. #2 : TikTok.
    • 73 % des américains interrogés considère que la collecte des données personnelles en échange de publicité ciblée est une utilisation abusive des données personnelles. Seulement 26 % considèrent que c’est un échange équilibré quand on considère les services proposées par ces entreprises ;
  • Alexa tells 10-year-old girl to touch live plug with penny. Une fillette de 10 ans a demandé à son assistant Alexa (d’Amazon) de lui proposer un défi. L’enceinte connectée lui a alors répondu : « prends une pièce de monnaie et essaye de toucher les deux extrémités métalliques d’un chargeur de téléphone à moitié inséré dans la prise murale », ce qui aurait provoqué une électrocution immédiate. La mère est intervenue avant l’accident. Amazon aurait modifié le logiciel Alexa depuis ;
  • Vos articles neuf retournés au marchand finissent à la décharge, explique une étude parue aux USA. Il faut bien sûr se méfier de cette étude, qui est distribuée par un acteur commercial qui a intérêt à changer les choses (ils sont spécialisés dans la reverse-logistics, la logistique du retour à l’envoyeur). Mais si c’est vrai, c’est très perturbant : « Chaque années, les consommateurs américains retournent environ 3,5 milliards d’articles, dont seulement 20% sont défectueux ». Cela ne m’étonne guère. Amazon, pour ne pas le nommer, encourage cela, dont une logique de satisfaction client et pour encourager à acheter sans se poser de question, quitte à faire une perte sur une vente. En renvoyant un article acheté sur un site d’e-commerce, j’ai fait attention de très bien l’emballer, pour qu’il semble aussi proche du neuf que possible. Et j’ai réalisé que personne ou presque ne prendrait autant de temps pour faire de même. Et que donc, dans la plupart des cas, le fait que l’appareil n’est pas neuf se verra, il ne peut donc pas être vendu comme tel. Bien sûr, certains marchands, dans le cas d’appareils coûteux comme ceux d’Apple, vont proposer des [produits reconditionnés, mais c’est beaucoup trop rare. Des marchands comme Amazon, on le sait, ont tendance à jeter des articles neufs par millions, comme on a pu le voir par le passé.
  • Apple vaut plus de 3000 milliards de dollars. C’est la première fois de l’histoire de l’humanité qu’une entreprise atteint une telle valorisation, laquelle a triplée en 4 ans. Microsoft est à 2500 milliards, Google à 2000 milliards et Amazon à 1700 milliards. Meta (Facebook) est derrière à 940 milliards ;

Mobilité

Numérique et climat

Blockchain, crypto monnaies et NFT

  • Faut-il interdire le Bitcoin ? « Le bitcoin est un actif qui est inégalitaire, polluant, spéculatif. Il est à l’image même des marchés financiers aujourd’hui. Ce n’est pas une monnaie antisystème. » explique l’économiste Nicolas Dufrene ;
  • No Fucking Thanks — n‌ft blocker, l’extension pour navigateurs qui remplace le jargon des fanas de cryptomonnaies par d’autres mots. Par exemple, Bitcoin devient Buttcoin et NFT devient Shitty JPEG. C’est assez drôle car au bout d’un moment, on oublie qu’on l’a installé, et on commence à tomber sur des articles où les mots ont été remplacés. Fou rire garanti !
  • OpenSea freezes $2.2M of stolen Bored Apes. On apprend trois choses avec cet événement :
    • On peut se faire voler des NFT comme on se ferait voler un tableau (ici grâce à un simple phishing !) ;
    • « J’ai appris la leçon : il faut utiliser un hard Wallet » (plutôt qu’un Hot Wallet) explique la victime. Hard Wallet : dispositif matériel qui stocke les NFT et nécessite de valider les transactions par un bouton physique. Par opposition à hot Wallet, dispositif logiciel, plus facile à pirater à distance ;
    • Tout l’intérêt de la blockchain serait qu’elle est décentralisée, mais là, elle apparaît bien centralisée puisqu’un seul acteur, OpenSea, a bloqué la revente des œuvres en question.
  • En français : Un nouveau monde vraiment décentralisé ? La plateforme OpenSea « gèle » pourtant une collection de NFT volés ;
  • À propos : web3 is Centralized. Par exemple, OpenSea (la plateforme “décentralisée” de NFT est hébergée sur le Cloud Google, lequel doit répondre aux demandes de suppression DMCA ;
  • Le nombre de pays ayant banni les cryptomonnaies a doublé en trois ans ;
  • On ne compte plus e nombre d’artistes qui produisent des oeuvres numériques pour réaliser qu’elle sont revendiquées par d’autres pour faire des NFT. Par exemple, ce portrait par Emily L’Orange ;

Covid-19

  • J’ai posé la question sur Twitter : Que faut-il acheter comme appareil de mesure du CO2 ? L’intérêt de savoir la concentration en CO2, c’est de savoir quand aérer pour limiter les risques de diffuser le COVID-19. En effet, quand on manque d’aération, le virus est plus présent dans l’atmosphère (si une personne contagieuse est dans les lieux), comme le CO2. Donc en mesurant le taux de CO2, on sait si on prend des risques en terme de COVID-19.
    • Le site NousAerons.fr partage les meilleures pratiques pour réduire les contaminations ;
    • Le produit de référence semble être l’Aranet4 Home, mais à 200 €, il est très cher ;
    • Il existe plein d’alternatives pas chères et chinoises mais leur qualité est qualité très variable ;
    • Il est impératif, pour des raisons de précision, de choisir NDIR comme technologie de capteur. NDIR : Capteur infrarouge non dispersif ;

Complètement en vrac

Note

[1] J’en parlais il y a 4 ans à propos de Facebook et d’autres entreprises.

lundi 18 octobre 2021

En vrac du lundi

La Rochelle

À propos de technologie

Économie et politique

Climat

  • Rapport Grand public 2021 du Haut Conseil pour le Climat est vraiment très bien fait. Facile à lire, merveilleusement illustré, plein de schémas très clairs. Un résumé du troisième rapport annuel qui est très réussi d’un point de vue pédagogique ;
  • Convention des Entreprises pour le Climat dont la promesse est : « Plus de 150 dirigeantes et dirigeants se réuniront pendant 8 mois pour aligner le monde de l’entreprise en France avec les accords de Paris ». Plus d’info pour les abonnés du Monde : Une convention pour le climat réunit 150 patrons, déterminés à trouver un nouveau modèle économique. J’ai regardé leur vidéo de lancement et à la 29eme minute, et je suis fan de l’idée. Pour moi, la Convention Citoyenne pour le Climat a été une immense bouffée d’espoir (et la déception fut donc de même taille quand j’ai vu le peu fait par l’exécutif). Pourtant, je souhaite le meilleur à cette nouvelle initiative pour imaginer comment transformer les entreprises, trouver des solutions afin d’accélérer la transformation du modèle économique. C’est un sujet essentiel. J’ai tout de même pris conscience que ça n’allait pas être un chemin facile, quand un certain David Sussmann a déclaré « je crois à cette blue et à cette green économie, je crois qu’on va être dans un monde de croissance, je ne suis pas du tout inquiet pour le futur » (insérer ici un son discordant ou triste). J’admire le volontarisme du monsieur, mais partir sur la base d’un « monde de croissance » pour inventer le monde de demain, c’est possible qu’il y ait maldonne (euphémisme). Quoi qu’il en soit, mes voeux accompagnent cette équipe, dans laquelle on retrouve tout de même le DG de Renault Trucks et le PDG de Caterpillar France ;
  • Pourquoi, par nature, notre cerveau n’est pas écolo ? ;
  • SONDAGE. Dans les médias, les Français veulent moins de Covid et davantage de climat.
    • « 53% trouvent que la question du changement climatique et de l’environnement n’est pas assez présente dans les médias. Ce chiffre est en hausse de 5 points par rapport à février 2020, signe de la prise en compte du sujet par les Français. »  ;
    • J’aime bien la citation de Christophe Cassou du GIEC et du CNRS : « Il n’y a pas besoin de passer par le catastrophisme pour informer sur la crise climatique parce que le factuel est déjà assez alarmant. On ne peut plus seulement traiter les phénomènes climatiques avec des images impressionnantes en disant à chaque fois ‘waouh, c’est inédit’. Parce que tout ça s’inscrit dans une continuité.” Coauteur du rapport du Giec publié le 9 août, il juge que les médias s’en sont « plutôt bien emparés sur le moment » : « Mais, très vite, on est passé à autre chose alors qu’il faut une stratégie à long terme ; et que la question du climat ne soit pas cantonnée à la rubrique environnement des médias. Les journalistes qui traitent de politique ou d’économie notamment doivent traiter de la question climatique. »
    • « 35% seulement pensent que les journalistes sont suffisamment outillés, que leur culture scientifique est suffisante pour répondre à la nécessité de fournir des informations vérifiées et fiables scientifiquement. »
    • « Si les Français comptent sur les experts, ils ne veulent pas seulement des débats contradictoires, ils veulent que les journalistes jouent davantage le rôle de médiateurs et, surtout, donnent leur propre expertise, bref départagent les experts, indiquent Adrien Broche et Stewart Chau, de l’institut Viavoice. On assiste à un passage de relais entre les experts et les médias. ». En effet, les débats où experts du GIEC et climatosceptiques sont mis sur un pied d’égalité, ça suffit !
    • depuis janvier 2020, il y a eu 94 fois plus d’articles consacrés au Covid (3,5 millions) qu’aux enjeux climatiques (37 369).
  • La neutralité carbone est-elle une arnaque ? (Spoiler : OUI !) ;
  • Tout fier de voir mon podcast, l’Octet Vert, être cité comme ressource pédagogique par la conférence Reboot 2021 ;
  • Bon Pote recense les meilleurs podcasts à suivre sur le climat, et me fait l’honneur de citer l’Octet Vert ;
  • Grâce à Christophe Clouzeau, je découvre Revolt, une vélorution énergétique. Un jeu de société visant à expliquer la notion d’énergie. Je découvre aussi la notion de “Pedalpunk”, un univers qui est assez proche du “solarpunk” et aussi de “l’écotopie” dont j’ai déjà parlé ;
  • C’est vieux (2018) mais c’est excellent : Ce qu’implique le changement climatique à 1.5°C, 2.0°C et plus. C’est farci de données, et c’est vraiment extraordinaire[1]. Par exemple :
    • À 1,5°C, on a 42 % de chances d’avoir un été en Europe comme 2003. À 2°C, c’est 59 %. Autrement dit, avec le réchauffement, l’été 2003 est la nouvelle norme.
    • Autour de la Méditerranée, la surface touchée par les incendies va augmenter de 41 % à 1.5°C et de 62 % à 2°C.
  • Sur le même thème mais plus récent : Sept fois plus de canicules, deux fois plus de feux de forêt… Les jeunes vont souffrir plus que leurs aïeuls d’événements météorologiques extrêmes, selon une étude inédite ;
  • Scientifiques, magistrats, ingénieurs : les nouveaux militants du climat

Note

[1] J’aimerais vraiment une mise à jour avec des études un peu plus récentes, vu les apports du nouveau rapport du GIEC.

dimanche 28 octobre 2018

Climat et environnement à nouveau sur le devant de la scène

Ballon et pont ferroviaire

Je viens de me plonger dans les archives du Standblog, et je réalise que j’ai publié — sauf erreur — mon premier article sur l’environnement le 13 novembre 2003. Son titre : 7 milliards de surendettés. 15 ans déjà ! Au bout de quelques mois, j’ai même créé une catégorie Environnement dédiée. Au début, je parlais beaucoup de CO2 et de conducteurs de 4x4 qui me faisaient enrager.

Aujourd’hui, 15 ans plus tard, alors que les 4x4 sont toujours plus nombreux en ville, j’ai décidé de réactiver ce thème sur le Standblog, mais avec un ton différent. J’ai vendu mon scooter il y a plusieurs années, conscient que j’avais besoin de « bouger plus » comme on dit dans les publicités pour la malbouffe. En début d’année, j’ai ensuite vendu ma rutilante Harley-Davidson, fatigué de son coté statutaire et consumériste. Je l’ai remplacée par une vieille Suzuki de moyenne cylindrée (650cc), moins clinquante mais plus économique et plus polyvalente. Enfin, depuis la vente de mon scooter, j’utilise les transports en commun parisiens, pas toujours confortables mais souvent bien plus pratiques qu’un véhicule thermique.

Quoi qu’il en soit, j’ai décidé de remettre la rubrique Environnement du Standblog au goût du jour, un goût un peu différent. Moins polémique, moins agressif et plus apaisé (j’espère !) que par le passé. Plus de sérénité, indispensable pour être entendu, plus d’empathie pour ceux qui veulent changer et aussi pour ceux qui ont plus de difficultés. Plus de positif aussi, sans tomber dans l’angélisme ou le greenwashing.

Le ton sera différent, mais le sentiment d’urgence sera le même.

Car il est urgent d’explorer les changements qui s’annoncent, changement climatique et avec, changement de société. Ces changements seront de grande envergure et nous avons le choix. Si on décide d’agir maintenant, le changement sera voulu, accepté et volontaire et j’en suis persuadé, libérateur.

Si, au contraire, on tarde trop, alors le changement sera brutal, violent et surtout subi, sous la contrainte. À nous de choisir.

lundi 15 janvier 2007

En vrac, à propos de respect de l'environnement