dimanche 21 janvier 2024

En vrac de janvier 2024

Vélo de nuit sur une plage normande en hiver

Il est encore temps de souhaiter aux lecteurs du Standblog une excellente année 2024. À quoi ça peut bien ressembler, une bonne année ? Déjà, la santé est un pré-requis. Cela implique que ça soit une année où l’on prenne soin de soi et de ses proches, car sans une (relativement) bonne santé, il est difficile d’agir. Dans la bonne santé, il convient d’entretenir nos corps mais aussi nos esprits, et donc prendre soin de soi mentalement ! Ensuite, il est de bon ton de vous souhaitez la réussite de vos projets. Alors je vous souhaite que vos projets soient de ceux qu’on ne regrette pas plus tard, et qu’ils soient authentiquement votre intention : faites avancer les choses pour vous, pour vos proches, vos amis, votre famille, vos voisins et les autres habitants de la planète. Les projets qui n’existent que pour nourrir votre ego ont probablement moins d’intérêt que vous ne le pensez. Et je vous souhaite aussi d’investir votre temps et votre énergie dans des projets qui sont positifs pour la planète et ses habitants. Ceux-là sont ceux qu’on regrettera le moins !

vendredi 5 janvier 2024

Décès de Niklaus Wirth

Portrait de Niklaus Wirth par Tyomitch sur Wikipedia

L’incroyable Niklaus Wirth vient de mourir. Cet informaticien suisse a eu une énorme influence et j’aurais aimé qu’elle soit plus grande encore. Je m’explique :

NIklaus Wirth a fait ses études à Zurich puis Berkeley et a enseigné à Stanford. Il a inventé le langage Pascal et remporté le prix Turing (aka le prix Nobel d’informatique). Et bien plus encore.

Il est l’auteur, dès 1995, un article intitulé “A plea for lean software” / « un plaidoyer pour du logiciel sans gras ».

Il y écrivait ceci :

Il est clair que deux facteurs contribuent à l’acceptation de la croissance effrénée du logiciel :

1 - la performance croissante et sans arrêt du matériel (NdT : voir ce que j’explique dans mes travaux sur la loi de Moore)

2 - l’incapacité des utilisateurs à faire la différence entre les fonctionnalités essentielles et celles qui sont juste sympas.

Mais qu’est-ce qui mène à la complexité du logiciel ? La première des causes est que les fournisseurs de logiciels acceptent de développer quasiment toutes les fonctionnalités demandées par les utilisateurs. Toute incompatibilité avec le concept de départ est ignorée, ce qui rend le design plus compliqué et l’utilisation plus compliquée. Quand l’attrait d’un système est mesuré par le nombre de nouveautés, la quantité devient plus importante que la qualité. Chaque nouvelle version doit apporter de nouvelles choses, même si certaines n’améliorent pas la fonctionnalité.

Cette démarche des industries du matériel et du logiciel, Wirth la résumait ainsi : « le logiciel ralentit plus vite que le matériel n’accélère ». On l’a aussi transposée à la bureautique de cette façon : « Ce qu’Intel vous donne, Microsoft vous le reprend ». Bref, le numérique court toujours plus vite… pour finir par faire du sur-place.

Tout cela a mené le numérique au gaspillage et à la pollution qu’on lui connait depuis 50 ans : une nouvelle génération de matériel permet de faire tourner une nouvelle génération de logiciels, alors l’ancienne génération — qui fonctionne encore parfaitement — est alors vue comme obsolète et se retrouve dans une décharge à ciel ouvert en Afrique.

À l’heure où nous prenons de plus en plus conscience des problématiques d’effondrement de la biodiversité et de notre empreinte carbone, nous ferions bien d’écouter un peu plus Niklaus Wirth et tâcher de revenir à plus de simplicité, de discernement et surtout d’optimisation de nos logiciels. Car à nous focaliser sur la création de nouvelles fonctionnalités “sexy” plutôt que de faire du logiciel qui tourne vite et bien, nous avons écrit du logiciel pas optimisé qui pourrait tourner considérablement plus vite si on s’en donnait la peine.

Seulement voilà, il faut savoir que les trois quarts de l’empreinte carbone du numérique provient de la fabrication du matériel. Si on prenait le temps de faire cette optimisation sur laquelle nous avons collectivement procrastiné, nous pourrions faire durer nos matériels considérablement plus longtemps et ainsi réduire massivement l’empreinte du numérique… et utiliser les ressources libérées par l’optimisation pour continuer à innover et inventer de nouveaux usages.

Mes collègues d’OCTO et moi travaillons sur ces sujets. Cela débouche sur une série de conférences et d’épisodes de podcasts ! (Oui, l’Octet Vert va reprendre du service, sous un autre format).

mercredi 6 décembre 2023

En vrac de décembre

Gravel à Barfleur, juillet 2023

Un peu de lecture

Ecologie

GAFAM, technologie et Web

IA, vérité et ressources consommées

Mobilité

Soyons généreux !

S’il vous reste un peu de sous de votre 13e mois (à condition qu’il existe !), pourquoi ne pas donner un peu d’argent à ceux qui font un numérique plus respectueux de leurs utilisateurs ? Voici quelques suggestions :

mardi 24 octobre 2023

En vrac de retour de Bordeaux

Place_de_Bir-Hakeim_-_Bordeaux.JPG, oct. 2023

Marc Andreessen, mon ancien patron, tête de gondole de NCSA Mosaic puis de Netscape, vient de trébucher dans un saladier de coke et a commis The Techno-Optimist Manifesto. C’est pas beau à voir, on pourrait croire à à une parodie, mais non. On lira avec intérêt la réponse solidement argumentée de Dave Karpf, Why can’t our tech billionaires learn anything new?

Marc Andreesseen est la preuve même de la véracité de deux de mes phrases préférées :

  • « Quand on a un marteau (pour lui, l’entrepreneuriat combiné au capital risque), tous les problèmes ressemblent à des clous » ;
  • À ne pas voir que son modèle lié à l’hyper-croissance est incompatible avec le changement climatique et les limites planétaires, il confirme la phrase d’Upton Sinclair : « il est très difficile d’expliquer quelque chose à quelqu’un quand il est payé pour ne pas le comprendre ! »

Logiciel Libre et Communs Numériques

Climat

Carburants fossiles, mal-adaptation et monde d’avant

IA

  • La consommation d’électricité phénoménale de l’intelligence artificielle. « Si le futur énergétique des IA reste encore incertain, une chose est sûre : leur présence et leur efficacité ne feront que croître. Afin d’anticiper cette évolution, l’étude a établi des scénarios, dont l’un s’appuie sur le nombre de serveurs fournis aux géants technologiques concepteurs d’IA. NVIDIA, leader en la matière, devrait livrer cette année près de 100 000 serveurs représentant une puissance de 650 à 1 020 MW. Mais d’ici 2027, la demande croissante pourrait porter ce chiffre à 1,5 million d’unités, soit une puissance de 9,75 à 15,3 GW. En termes de consommation annuelle, cela équivaudrait à 85,4 à 134 TWh. Pour contextualiser, l’IA pourrait, d’ici là, rivaliser avec la consommation annuelle de certains pays tels que la Norvège, l’Argentine ou la Belgique qui ont respectivement consommé 122 TWh, 121 TWh et 82 TWh en 2020. » (ces chiffres ne concernent que pour les machines équipées de puces Nvidia, leader du domaine mais pas seul fournisseur) ;
  • 6,4 milliards de litres pour Microsoft : l’IA générative a-t-elle fait exploser la consommation d’eau des géants de la tech ? ;
  • Intelligence artificielle : la CNIL dévoile ses premières réponses pour une IA innovante et respectueuse de la vie privée  ;
  • L’IA est fondamentalement une technologie de surveillance, balance Mederith Whittaker de Signal. Ca balance sévère : “You know, you walk past a facial recognition camera that’s instrumented with pseudo-scientific emotion recognition, and it produces data about you, right or wrong, that says ‘you are happy, you are sad, you have a bad character, you’re a liar, whatever.’ These are ultimately surveillance systems that are being marketed to those who have power over us generally: our employers, governments, border control, etc., to make determinations and predictions that will shape our access to resources and opportunities.”
  • Google says it’ll support Pixel 8 series with seven years of Android updates. Ca fait 3 ans de moins que chez Fairphone, mais c’est déjà mieux qu’avant. Et ça laisse loin derrière les LG, Samsung, OnePlus et Xiaomi… On notera quand même un truc bizarre : certaines fonctionnalités Cloud ne seront disponibles que pour le Pixel 8 Pro et pas le Pixel 8 tout court. Pourtant, la puissance de ces smartphones sont quasiment identiques, la principale différence étant au niveau de la taille de l’écran et du prix. C’est là qu’il faut probablement chercher la différence, car on imagine bien que cette différence de prix permet de financer les traitements prétendument gratuits effectués dans le Cloud par Google… On notera avec intérêt que certains traitements d’IA (résumé de texte, “gomme magique”) sont exécutés sur le smartphone lui-même, démontrant qu’il devient possible de faire des traitement d’IA génératifs localement, sans faire appel au Cloud.
  • OpenAI abandonne le développement de son dernier modèle de langage, et c’est dommage, c’était une approche qui visant à réduire considérablement le coût de développement et d’usage de l’IA sous le nom de code “sparsity” / « parcimonie ». Rappelons que « L’outil d’aide à l’écriture de code informatique proposé par la plateforme Github, détenue par Microsoft, génère par exemple 20 dollars de pertes par mois et par abonné. ». Dans la même newsletter (que je recommande chaudement), on apprend aussi que le déploiement de la 5G est bien moindre qu’anticipé. « Le principal problème de la 5G vient de sa proposition de valeur. Si les opérateurs ont beaucoup insisté sur le gain de vitesse, celui-ci est difficilement perceptible pour l’immense majorité des usages du grand public. »
  • Ca m’a fait sourire de surprise : alors que j’essaye de pousser de nouveaux imaginaires, l’IA vient à la rescousse avec DutchCyclingLifestyle.com, un outil en ligne qui demande une adresse, recherche la photo sur Google Street View et qui remplace le bitume et les voitures par des pistes cyclables avec des fleurs et des vélo. C’est encore balbutiant (on voit beaucoup de défauts), mais l’idée est très amusante !

Totalement En Vrac (mais à lire aussi)

mardi 26 septembre 2023

En vrac du mardi

Numérique et limites planétaires

Le scenario « business as usual » chiffré par l’Ademe dans son étude de prospective de 2023 estime l’empreinte carbone du digital en France en 2050 à hauteur de 49 MtCO2eq, contre 17 MtCO2eq en 2020 (soit 2,5% des émissions nationales à cette date).

La part du numérique représenterait plus de 60% du total des émissions nationales en 2050 dans l’hypothèse où nous parviendrions par ailleurs à atteindre l’objectif de « neutralité carbone » (soit un quota d’émission d’environ 80MtCO2eq) !

Autrement, dit, la croissance de l’empreinte carbone du numérique est incompatible avec l’objectif de neutralité carbone en 2050.

Continuer le numérique comme avant ou avoir une planète habitable, il va falloir choisir.

Mobilité

  • Pétition taxons le kérosène. En effet, le kérosène, carburant pour avions, n’est peu ou pas taxé, beaucoup moins que la voiture, alors que c’est le moyen de transport le plus polluant et le moins égalitaire. C’est ce qui fait que l’avions est souvent moins cher que le train. D’où la pétition !
  • C’est quoi l’empreinte carbone d’un vélo ? Le fabricant de vélos Trek a fait le calcul et c’est passionnant ! En moyenne, un vélo c’est 174 k d’équivalent CO2 (eCO2) pour sa fabrication. C’est variable suivant le modèle. Un VTT en aluminium d’entrée de gamme (le Marlin, chez eux), c’est 116 kg alors qu’un vélo de route en carbone c’est 197 kg. Un VAE c’est 229 kg. Autrement dit, il suffit de rouler 692 km avec votre vélo pour “rembourser” l’empreinte carbone et devenir “carbone négatif”. À l’inverse, une voiture thermique c’est environ 6 tonnes d’eCO2 pendant sa fabrication, et environ 160 à 200 g par km parcouru, donc 160 à 200 kg d’eCO2 pour 1000 km parcourus. (Info trouvée via La difficile mesure de l’empreinte carbone d’un vélo par Olivier Razemon) ;

Low tech et bricolage

Logiciel Libre et éducation nationale

La future solution unique sera basée sur des logiciels libres. A l’automne 2023, quatre académies serviront de pilotes. La généralisation sera effectuée courant 2024. La difficulté, c’est que nous avons à gérer 1,8 million de boîtes (…) Le choix s’est donc porté sur Zimbra que nous allons intégrer avec d’autres outils.

pour la visioconférence, nous avons misé très tôt sur le logiciel libre BigBlueButton. La solution est déjà déployée, tant pour les visio que pour les classes virtuelles, et est devenue interministérielle. Nous avons réalisé des développements partagés avec la communauté pour rendre la solution pleinement adaptée à la réalisation de cours en télé présence. Nous travaillons à son intégration « sans couture » avec la messagerie-agenda Zimbra.

Nous disposons également d’une solution de partage de fichiers baptisée Nuage (une implémentation de Nextcloud). Là encore, nous travaillons à son intégration dans Zimbra, notamment pour les pièces jointes de gros volume.

En Vrac !

samedi 16 septembre 2023

Non, la nouvelle Apple Watch n'est pas neutre en carbone

Copie d'écran du site Apple montrant une Apple Watch prétendument neutre en carbone

Copie d’écran du site Apple montrant une Apple Watch prétendument neutre en carbone

Non, la nouvelle Apple Watch n’est pas neutre en carbone.

Apple crie sur tous les toits que sa nouvelle gamme d’Apple Watch est neutre en carbone. Sous-entendu : vous pouvez vous l’offrir sans mettre en danger ni le climat ni la planète.

C’est faux, et c’est compliqué.

Je m’explique : je salue vraiment les efforts d’Apple pour réduire leur empreinte carbone et énergétique, et pour communiquer sur le sujet. J’aimerais que d’autres constructeurs en fassent autant voire plus.

Mais voilà, on ne peut pas dire qu’un produit (ni une entreprise) est neutre en carbone et l’ADEME explique pourquoi en détail.

Voici ce qu’Apple dit sur son site :

Notre stratégie exigeante de décarbonation des produits se concentre sur différents aspects : la transition vers de l’électricité propre, la fabrication à base de matériaux recyclés et renouvelables, et le choix prioritaire de modes de transport à plus faible empreinte carbone pour nos produits, comme le fret maritime. Ce n’est qu’une fois que nous avons réduit nos émissions de façon substantielle que nous appliquons les crédits carbone issus de projets de haute qualité pour atteindre la neutralité carbone.

Soyons clairs :

  1. C’est bien de réutiliser des matériaux recyclés (titane, aluminium, bouteilles plastiques, filets de pêche, etc. dans le cas de la montre) ;
  2. C’est bien d’utiliser de l’électricité décarboné (à base d’éolien, de photovoltaïque ou d’hydraulique) ;
  3. C’est bien de réduire le recours au transport aérien, très polluant par rapport au train et au fret maritime.

Mais dans tous les cas ça produit toujours des gaz à effet de serre. Moins que dans les modèles précédents, certes, mais ça en produit toujours, c’est factuel. Il faut toujours du pétrole pour fabriquer et faire avancer les bateaux, pour produire des éoliennes, des panneaux photovoltaïques, des barrages, des centrales nucléaires[1] etc.

Alors comment Apple arrive-t-il à affirmer que la production et l’utilisation de la montre ne produisent pas de gaz à effet de serre ? Tout simplement en ayant recours à la compensation carbone (en anglais : Carbon Offsets). En gros, ils plantent des arbres ou protègent des forêts contre la déforestation. Et ça ne marche pas, pour des tas de raisons, en voici quelques unes :

  • Les arbres ne vont retenir du carbone que lors qu’ils seront grands, c’est à dire dans des décennies (alors que la production du CO2 est faite cette année) ;
  • Il faut que ces arbres vivent longtemps pour conserver le carbone capturé (et donc que cela soit épargné par les feux de forêt) ;
  • Il faut que la forêt plantée soit utile aux populations locales sinon elle ne sera pas entretenue et sera dommageable aux populations ;
  • Pour des raisons de coûts, on a tendance à planter des arbres de la même essence, ce qui est un drame pour la biodiversité.

Bref, bravo à Apple de montrer l’exemple sur ces sujets de réduction d’empreinte, mais appeler cela de la neutralité carbone en vue de nous faire consommer plus, c’est là que ça ne va pas.

Parce que la seule Apple Watch neutre en carbone, c’est celle qui n’est pas produite et donc pas achetée.

Mise à jour du 27/10/2023 : Apple épinglé pour greenwashing : Mère Nature était corrompue. « Des associations de consommateurs européennes s’attaquent à Apple et à ses arguments de vente écologistes : elles remettent en cause l’utilisation de la marque de la « neutralité carbone », qui tromperait les consommateurs. Apple pourrait même se voit interdire l’utilisation de cette expression. »

Quelques liens complémentaires sur Apple

Pour en savoir plus sur la compensation carbone

Note

[1] Encore faut-il considérer comme « propre » le nucléaire, ce qui est un autre débat. Décarboné, certes, mais propre ? J’ai un doute…

mercredi 30 août 2023

En vrac de l'été

Nuages lors d'un coucher de soleil dans le Calvados

Nuages lors d’un coucher de soleil dans le Calvados

C’est le retour des vacances, et les liens de mes différentes lectures se sont accumulés, il est temps de les partager, comme toujours, En Vrac.

lundi 28 août 2023

Il y a 5 ans, la démission de Nicolas Hulot et ma nouvelle prise de conscience du changement climatique

Il y a 5 ans aujourd’hui, Nicolas Hulot démissionnait en direct sur France Inter. Dans cette longue — et visiblement douloureuse — conversation, il a dit « J’espère que mon départ provoquera une profonde introspection de notre société sur la réalité du monde ».

Ce fut le cas pour moi. Certes, j’avais commencé à écrire sur le GIEC 15 ans plus tôt, en 2003, mais devant l’absence complète d’échos et d’écoute de mes congénères, j’ai fini par mettre le sujet de côté. L’annonce de Nicolas Hulot fut pour moi un coup de pelle en pleine gueule, une nouvelle prise de conscience, et elle fit surgir cette question lancinante :

Comment ai-je pu être assez con pour croire qu’avoir un ministre — certes médiatique et conscient des enjeux — suffirait à résoudre les problèmes liés à l’écologie, à la biodiversité et au climat ?

Comme il l’a dit lui-même à cette occasion :

Avons-nous commencé à réduire nos émissions de gaz à effet de serre ? Non. Avons-nous commencé à réduire l’utilisation des pesticides ? Non. Ou à enrayer l’érosion de la biodiversité ? Non.

Puis :

On s’évertue à réanimer un modèle économique cause de tous ces désordres climatiques.

Étourdi par ce coup de pelle, j’ai mis quelques semaines à réfléchir à ce que je pouvais faire. Et j’ai changé plein de trucs :

Bilan carbone

  • J’ai fait mon bilan carbone sur le site NosGEStesClimat.fr.
  • J’ai réduit drastiquement mes revenus et mes achats.

Mobilité

  • Vacances : je ne prends plus l’avion. C’est de loin ce qui a le plus aidé, dans mon cas, à réduire mon empreinte carbone ;
  • J’ai revendu une grosse partie de ma collection de motos, ma grosse américaine, ainsi que plusieurs vieux tromblons ;
  • Pour le quotidien, j’ai pris l’option vélotaf : je me suis mis au vélo électrique puis, la forme physique revenue, au vélo musculaire. Je n’ai qu’un seul regret : ne pas l’avoir fait beaucoup plus tôt !
  • Quand je suis en Normandie, chez mes parents, je roule à vélo musculaire aussi bien pour les courses que les déplacements ;
  • J’ai continué à éco-conduire, en peaufinant ma technique.
  • Quand j’ai du changer de voiture, j’ai pris une Peugeot 207 d’occasion en attendant le jour hypothétique où je pourrais passer à l’électrique (ou à rien du tout ?)
  • Pour les déplacements en région (travail ou loisir), je mets mon vélo pliant dans le train.

Tout cela contribue à une très importante réduction de mon empreinte carbone.

Consommation

  • J’ai drastiquement réduit ma consommation de bœuf.
  • J’ai réduit ma consommation de plastique en passant à des achats en vrac pour la lessive (lien de parrainage) et en éco-recharges pour les gels et shampooings.

Au niveau professionnel

J’ai ré-orienté ma carrière professionnelle :

  • Plus de travail à l’international, qui impliquaitdes voyages dans les pays lointains, donc en avion.
  • J’ai pris un poste de sustainability lead chez Scaleway (bis), mais le poste a été supprimé pendant ma période d’essai ;
  • Chez OCTO, je pousse le numérique responsable (forcément) et les communs numériques (tout aussi forcément) et je participe à l’excellent collectif Frugarilla

Apprendre pour comprendre

Pour structurer tout cela, je me suis formé, avec plein de lectures, de fresques, de conférences en ligne, de livres… (Le confinement a bien aidé) :

Augmenter la visibilité du sujet

J’ai décidé de parler publiquement du changement climatique par plusieurs moyens :

  • J’ai créé le podcast l’Octet Vert, « le podcast qui parle de climat, de numérique et qui file la pêche !» qui vient de terminer sa troisième saison et approche les 100 000 écoutes ;
  • J’ai fait des conférences sur le climat et le numérique dans plein de villes de France : La Rochelle, Lille, Rouen, Lyon, Toulouse, Le Mans, Saint-Etienne, Paris, Rennes, Quimper, Choisy le Roi et sûrement d’autres que j’oublie ;
  • J’ai participé à des podcasts sur ces sujets en tant qu’invité ;
  • Cerise sur le gâteau : j’ai participé au projet Born in PPM de Mary-Lou Mauricio.

Et maintenant ?

Franchement, je ne sais pas s’il faut remercier Nicolas Hulot pour sa démission, mais j’en parle parfois autour de moi et on mes interlocuteurs me répondent souvent que c’est la même chose pour eux : cette démission a été un électrochoc pour beaucoup de gens.

Il m’arrive souvent de regretter le monde d’avant, celui de l’ignorance de l’impact de mes actions, et de l’insouciance qui l’accompagnait. Mais passé le moment d’abattement, il y a eu celui de la réflexion et de la mise en action.

Mais maintenant que je sais, maintenant que j’ai décidé d’agir et que mon empreinte carbone a été divisée par 5, j’affronte ce futur incertain avec la conviction de faire ce qu’il faut faire (sans pour autant en avoir fini avec mes efforts !) et d’être — à ma très modeste échelle — une force positive pour l’avenir.

Et vous, vous avez fait le test NosGestesClimat ? C’est gratuit, ça ne prend que quelques minutes et c’est formidablement libérateur ! Foncez le faire !

- page 2 de 601 -