Politique

Fil des billets

jeudi 4 juillet 2024

Au delà du mépris pour le RN

Je n’ai que mépris pour les idées du Rassemblement National, leurs mensonges sur l’immigration, sur les énergies renouvelables et bien d’autres sujets. Je vote pour leur faire barrage et je vous invite à faire de même, sans aucune ambiguïté. Voilà, c’est dit.

Pourtant il y a un sujet fondamental qu’il faut aborder : il ne faut pas cesser d’essayer de comprendre pourquoi les électeurs du RN votent ainsi. Certes, il y a une partie de racistes convaincus, de gens infréquentables, aux opinions rances et insupportables. Mais ils ne représentent que quelques petits pour cent des votants. Il y a une masse d’électeurs qui ont décidé de voter RN, et nous ne les comprenons plus. C’est un problème majeur. On pourrait les “récupérer’, les convaincre, mais pour cela, il faudrait les comprendre.

Deux personnes que j’apprécie beaucoup on pris le temps d’expliquer cela, chacun avec ses mots :

Je vous recommande vivement la lecture de ces deux articles.

Il y a un vrai mal être chez les gens qui votent Rassemblement National. L’ignorer, c’est se couper d’eux, c’est refuser de les comprendre, et donc refuser de répondre aux problèmes qu’ils pointent du doigt. À un moment, et même si ce temps nous paraît lointain, le plus tôt sera le mieux, il faudra se parler à nouveau et construire un avenir ensemble. Ne l’oublions pas.

Mise à jour

Plusieurs lecteurs m’ont suggéré d’autres sources qui permettent d’avancer sur ce sujet :

dimanche 23 juin 2024

Accident de train

J’ai publié le texte ci-dessous sur Mastodon, qui résume ce que j’ai l’impression de vivre. Ça me parait avoir sa place ici :

J’ai l’impression de voir devant mes yeux un accident de trains : deux immenses trains qui se rentrent dedans suite à une erreur d’aiguillage. À bord, 8 milliards d’humains. Je vois tout cela à l’extrême ralenti. C’est à dire que je peux vivre à coté, discuter avec des potes, boire des coups, bosser pour gagner ma vie. Mais à chaque fois que je lève les yeux, l’accident est toujours en cours, mais un peu plus avancé. Et tout le monde s’en fout.

Alors j’ai changé de job, je me suis mis à bosser dans la “prévention des accidents ferroviaires”. C’est ingrat, comme job : t’as beau t’arracher, quand tu lèves les yeux, la situation n’a fait que s’aggraver. La principale différence, c’est que même quand je ne regarde pas l’accident, je parle d’accidents de train. Et les gens m’ignorent : il savent presque tous pour l’accident, mais préfèrent fermer les yeux.

Et puis récemment, les choses ont changé, un peu. Un wagon a pris feu. Peut-être deux ou trois. C’est peu, parmi les centaines de wagon. C’est le contrôleur qui a mis le feu. Une histoire de grenade (incendiaire) qu’il a dégoupillé. Ça me tétanise. D’autant que je réalise que je suis dans le train, comme tout le monde.

vendredi 31 mars 2023

Privilège, égalité et oppression

Voici une citation que j’ai trouvé en ligne et qui me semble d’une rare justesse.

Elle est en anglais au départ, mais se traduit bien en français. Son auteur n’est pas déterminé.

When you’re accustomed to privilege, equality feels like oppression

Version française :

Quand on est habitué à être privilégié, la demande d’égalité est ressentie comme de l’oppression.

- page 1 de 64